Patrice a posté un message interessant de Dudjom Rinpoche (sur son blog):

"Ayant continuellement et longtemps pratiqué, un jour viendra où, grâce à la fervente dévotion ou quelqu'autre circonstance, les expériences s'étant métamorphosées en réalisation, l'Eveil se révélera de façon nue et resplendissante. C'est comme retirer un masque qui vous couvrait le visage, un soulagement plaisant. C'est ce qu'on appelle la suprême vision de ce qui n'était pas vu. A partir de ce moment là, toutes les pensées se manifesteront comme méditation. L'immobile et le mobile seront simultanément libérés." Dudjom Rinpoche

1masque

Je trouve que l'expression utilisée par Dudjom : "C'est comme retirer un masque qui vous couvrait le visage" correspond exactement à l'expérience de l'éveil. Car nous avons en effet plaqué un masque sur l'espace de la vision nue, ce masque c'est notre visage.

Tous les matins, de manière inconsciente, nous nous identifions à notre visage (et à toutes les pensées associées à cette individualité). Nous prenons le visage qui est dans le miroir, nous le retournons car il est à l'envers, nous l'étirons comme un masque en caoutchouc parce qu'il est trop petit, et nous le ramenons en imagination au-dessus de nos épaules. Toute la  journée nous jouons ainsi le jeu du masque (en ignorant que nous le jouons) et nous nous nous limitons à cette petite individualité.

L'éveil c'est redécouvrir l'espace immence de la vision nue; c'est réaliser que le monde est perçu, non pas à partir d'un minuscule masque-visage, mais à partir d'un immense espace, sans limite, sans intérieur ni extérieur. C'est soudainement vivre en devenant aussi vaste que le ciel.

jlr