Ce soir, lors de la séance Skype, Dominique a rappelé à plusieurs reprises une phrase qui avait été importante pour lui:

"Regarde ce qui regarde : il n'y a personne."

Et en effet, si je retourne la flèche de mon attention maintenant, si je regarde ce qui regarde, je ne trouve qu'un espace vide, éveillé, transparent et immense. Ce n'est pas un individu qui regarde, ce n'est pas quelqu'un, ce n'est même pas un témoin.

L'idée du témoin peut être intéressante au début pour prendre conscience de ses pensées, de ses sensations; mais au final même l'idée de témoin doit être abandonnée.

Car personne ne regarde.

Ce n'est pas une idée à comprendre mais une réalité à voir. La pensée et les mots ne peuvent saisir ce qui se tient avant la pensée et avant les mots, mais la source peut s'éveiller à elle-même dans ce retournement de l'attention.

jlr

matton-1

Dessin par F. Matton