Le texte suivant est un extrait du Traité des mille enseignements de Shankara, le maitre de l'advaita indien.

Il nous dit ici que nous sommes l'éternel veilleur (boddhâ) dans tous les êtres, constamment éveillé, qui n'a besoin de rien faire pour être, ni de chercher le recueillement (samādhir) , ni l'absence de recueillement.

Cet absolu que nous sommes est au-delà de l'être et du non-dêtre; il est Shiva, celui qui est éternellement apaisé. Il est comme l'espace non-duel.

Hommage, hommage à l'éternel veilleur !

jlr

14

vikṣepo nāsti tasmān me na samādhis tato mama

vikṣepo vā samādhir vā manasaḥ syād vikāriṇaḥ

Il n’y a ni dispersion, ni recueillement pour moi

La dispersion ou le recueillement existeraient pour la pensée qui est sujet au changement.

15

amanaskasya śuddhasya kathaṃ tat syād dvayaṃ mama

amanastvāvikāritve videhavyāpino mama

Pour moi qui suis sans pensée et pur, comment cette dualité existerait-elle ?

L’absence de pensée et l’absence de changement m’appartiennent, moi qui suis sans corps et omniprésent.

16

ity etad yāvad ajñānaṃ tāvat kāryaṃ mamābhavat

nityamuktasya śuddhasya buddhasya ca sadā mama

Tant que durait l’ignorance de tout cela, l’action existait pour moi

moi qui suis éternellement libéré, inaffecté, constamment éveillé

17

samādhir vāsamādhir vā kāryaṃ cānyat kuto bhavet

māṃ hi dhyātvā ca buddhvā ca manyante kṛtakṛtyatām

(Mais) le recueillement ou l’absence de recueillement ou quelque chose d’autre chose à faire d’où cela proviendrait-il ?

C’est après avoir réfléchi sur moi et après s’être éveillé à moi, qu’on comprend que ce qui devait être fait a été fait.

18

aham brahmāsmi sarvo’smi śuddho buddho’smy ataḥ sadā

ajaḥ sarvata evāham ajaraś cākṣayo’mṛtaḥ

Je suis Brahman, je suis tout le monde, je suis pur, il s’en suit que je suis éternellement éveillé.

Je suis en vérité absolument non né, je suis sans vieillesse et indestructible, immortel

19

madanyaḥ sarvabhūteṣu boddhā kascin na vidyate

karmādhyakṣaś ca sākṣi ca cettā nityo’guṇo’dvayaḥ

Un veilleur autre que moi dans tous les êtres n’existe pas.

Je suis le spectateur des actions, le témoin et le veilleur, éternel, immatériel, non duel.

20

na saccāhaṃ na cāsac ca nobhayam kevalaḥ śivaḥ

na me sandhyā na rātrir vā nāhar vā sarvadā dṛśeḥ

Je ne suis pas l’être ni le non-être, ni les deux, je suis seul, apaisé

Pour moi, il n’existe ni crépuscule, ni nuit, ni jour, en raison de ma vision constante.

21

De même que l’espace qui est dissocié de toute forme, est subtil et non-duel

Et que par là même je suis sans élément, de même je suis le Brahman en vérité non duel.

trad du sanskrit JLR

Sadhu_Vârânasî