Je viens de publier un texte sur Raison et religion dans la revue hollandaise Inzicht, qui est l'équivalent de la revue 3ème millénaire en Hollande.

http://www.inzicht.org/laatste_nummer

IMG

Mon article est un peu long, voici juste la fin:

"Comment distinguer religion et spiritualité ?

La religion, au sens classique du terme (Islam, christianisme, judaïsme etc…) s’appuie sur des textes révélés, sur des croyances et des cultes irrationnels ; elle est organisée en institutions (clergé, églises) qui sont souvent des organes de pouvoir et elle n’envisage de salut qu’après la mort. Il est difficile d’avoir accès au cœur mystique de ces traditions. D’ailleurs très souvent les mystiques authentiques ont eu de graves ennuis avec l’orthodoxie religieuse comme Hallaj dans l’Islam (Hallaj fut flagellé, mutilé, accroché à un gibet et finalement décapité en 922 à Bagdad)   ou Marguerite Porete (brulée vive en 1310 à Paris) ou Mme Guyon en France (emprisonnée pendant de longues années à Paris).

La religion naturelle (celle de Voltaire, Rousseau), quant à elle, critique bien l’irrationalité des croyances mais elle se réduit au fond à la croyance en Dieu et à la morale ; en libérant la religion des croyances irrationnelles elle en a oublié la spiritualité. Kant par exemple ne comprend pas un mot à la mystique qu’il qualifie de Schwärmerei : enthousiasme délirant.

La dimension mystique du message religieux, présente dans les textes bien que souvent cachée, a disparu de l’horizon culturel de l’Europe à partir du 18eme siècle et c’est cette dimension qu’il s’agit de retrouver.

Qu’est-ce la spiritualité ? Comme son origine l’indique (spiritus : l’esprit), la spiritualité est une expérience de la nature de l’esprit. Dans cette découverte, la spiritualité s’appuie sur l’expérience et la raison ; elle suit une démarche intérieure et personnelle,  et conduit le chercheur à l’union avec l’absolu dans cette vie ci.

On voit bien aujourd’hui que les hommes et les femmes ont une soif d’absolu que les religions ne peuvent plus satisfaire. Nous ne pouvons plus nous appuyer sur la foi religieuse comme nos anciens.

Que nous disent les religions ? Qu’en nous se trouve un trésor incomparable : Dieu lui-même. Cette information est essentielle, mais l’accès à notre vraie nature est rendu obscur et compliqué du fait des mythes religieux, des croyances absurdes et des cultes inutiles. Au fond c’est déjà ce que Jésus reprochait aux prêtres juifs : d’empêcher l’accès au royaume.

Ce trésor est notre vrai Soi, le cœur de notre subjectivité, le centre de la conscience.

Or l’accès à ce trésor intérieur est tout fait possible par une démarche rationnelle, c’est le chemin que tracent la mystique et la spiritualité.  Comme le dit le philosophe américain Sam Harris (dans The end of Faith 2003) : « Le mysticisme est une entreprise rationnelle, la religion ne l’est pas. Le mystique a reconnu la nature de la conscience comme antérieure à la pensée et cette reconnaissance est susceptible de discussion rationnelle. »

Le philosophe anglais Douglas Harding (1909-2007) par exemple a mis au point un ensemble d’expériences (expériences auxquelles se réfèrent Harris aussi)  pour prendre conscience de ce que nous sommes au centre de nous-mêmes. Ces expérience sont vérifiables par tous, elles sont répétables, universelles. Nul besoin de croire quoi que ce soit, nul besoin de renoncer à son intelligence et à son esprit critique. Au contraire, c’est en prêtant attention aux faits dans une démarche scientifique que nous découvrons notre véritable identité. En quoi consistent ces expériences ? à inverser la flèche de notre attention de 180° et à prendre conscience qu’au-dessus de nos épaules nous ne voyons pas le monde à partir d’une tête mais à partir d’un espace vide et illimité.

Bien sûr ce que nous découvrons alors est un saut au-delà de la pensée et des concepts. Ce saut est un saut dans le non-savoir et le mystère, mais c’est bien avec l’aide de notre intelligence que nous y accédons.

Le religieux se base sur ce qu’il croit, le mystique se base sur ce qu’il voit. Nous pourrons bientôt nous passer de religion pour découvrir l’essence de l’être humain et le sens de la vie : la raison et l’expérience y suffiront.

 

José Le Roy.