Revenir au zen quand tout parait compliqué:

 


"L’empereur Wou des Leang demanda à Bodhidarma :
   
- Depuis le début de mon règne, j’ai construit tant de temples, copié tant de
textes sacrés, aidé tant de moines ; Selon vous quel est mon mérite ?

- Aucun mérite !

- Et pourquoi donc ?

- Ce ne sont là que des actions inférieures qui permettront à leur  auteur de renaître dans les cieux ou sur cette terre. Elles portent encore la marque du monde et sont comme des ombres qui suivent les objets.
Une action vraiment méritoire est remplie de pure sagesse, parfaite et mystérieuse, sa nature réelle est au-delà de la portée de l’intelligence humaine.

- Alors, quel est le premier principe de la sainte doctrine ?

  - Rien ne peut être qualifié de saint dans le principe qui est par définition vaste et vide.

- Qui donc est celui que j’ai en face de moi ?

- Je l’ignore.

Bodhidarma un moine indien

extraits de « Les Maîtres Zen » De Jacques Brosse - Spiritualités Vivantes / Albin Michel

 

Pour trouver le principe vide et vaste comme le ciel, je retourne mon attention de 180°. Je prends alors conscience de la vacuité immense et éveillée au-dessus de mes épaules qui accueille le monde. Dans cette vacuité, mon "moi" disparait en tant qu'observateur et je ne sais plus rien.

jlr