Le texte qui suit est de Douglas Harding ; il est extrait de La trousse à outils pour tester l'Incroyable Hypothèse, et date de 1970.

Voir sa véritable nature peut être considéré comme une méditation, mais une méditation d'un genre très particulier, puisqu'elle ne nécessite ni maitre, ni lieu de stage, ni de moment particulier.

jlr

 

3930_Marche-d-Aix-en-Provence

 

"La vision consciente de la Première Personne - Qui vous êtes vraiment - est une forme de méditation (À vous d'en faire l'expérience, évidemment), à vrai dire la plus radicale. Son mot d'ordre est : VOIR QUI EST ICI, et ses caractéristiques sont les suivantes:

Terre à terre

Elle fonctionne aussi bien sur la place du marché que dans la salle de méditation, dans l'action que, dans le repos, les yeux ouverts que les yeux fermés.

Alerte

Loin d'exiger ou de produire une sorte d'état de transe et un retrait temporaire du monde, elle aiguise votre perception de ce qui se passe. Vous êtes plus vivant, plus impliqué : vous êtes le spectacle, sans être perdu dedans. Ce n'est pas lorsque vous regardez Celui Qui Voit mais lorsque vous l'ignorez que la chose vue devient vague et déformée. Non seulement. le monde « extérieur», mais aussi votre monde « intérieur » d'états psychologiques est obscurci lorsque vous ignorez le Très Profond qui les englobe et les sous-tend tous.

Accessible à volonté

La vision initiale donne le pouvoir de la renouveler. Puisque l'absence de choses ici est aussi clairement visible et factuelle que leur présence là-dehors, la vision de cette Absence est accessible immédiatement, à n'importe quel moment, à volonté. Contrairement aux idées et. aux sentiments, vous pouvez avoir cette simple vision quand vous en avez le plus besoin, lorsque vous êtes agité ou inquiet, par exemple. elle est à portée de la main pour nous aider à faire face aux problèmes, sur le champ, lorsqu'ils apparaissent.

Finalement, constante

I1 n'est pas d'occasion où cette méditation soit inopportune. A aucun moment il n'est sans danger de s'éloigner de la position de 1ère personne. Et finalement, vous restez à la Maison où la vision est continue, même si par moments elle se fait discrète, tel un accompagnement de basses en musique.

Partie intégrante de la vie

De cette façon, votre vie n'est pas coupée en deux compartiments séparés - l'un intérieur, méditatif, religieux, orienté sur la conscience du Soi, et l'autre extérieur, discursif, séculier, inconscient, du Soi - des compartiments diamétralement opposés et difficilement réconciliables.

Infaillible

Tant qu'elle dure, c'est une méditation tout-ou-rien (en fait Tout-et-Rien) qu'il est impossible de mal faire. Vous ne pouvez pas voir la moitié de votre Absence, ni la voir à moitié. Soit, vous regardez Ce Qui est central en vous, soit vous l'ignorez.

Pas mystique

Cette méditation n'est certainement pas une expérience mystique ou religieuse en elle-même, pas non plus une expérience euphorique, une dilatation soudaine dans l'amour universel ou la conscience cosmique, ni aucune sorte de pensée, de sentiment ou d'intuition. Bien au contraire, c'est absolument sans caractéristique, sans couleur, neutre. C'est plonger son regard dans la Source pure, immobile, calme, transparente, et simultanément, à partir d'Elle, dans le monde mouvant et turbulent - sans être pris par ce monde. Vous ne pouvez pas être assuré d'avoir votre part d'expériences mystiques et spirituelles en descendant le courant vers elles, mais seulement en remarquant que vous êtes à jamais en amont d'elles, et que vous ne pouvez les vivre qu'à partir de leur Source qui est en vous.

Pas sensationnel

Certes, la vision initiale de votre Source peut vous frapper comme une révélation flamboyante, stupéfiante - - et quel évènement dans votre vie mériterait mieux d'être célébré glorieusement ? Mais ces feux d'artifice ne sont pas nécessaires, et le spectacle se termine bientôt en queue de poisson, de toute façon. Un grand nombre (sinon la plupart) des amis qui pratiquent cette méditation y sont arrivés tranquillement, en remarquant simplement « Mais oui, bien sûr, c'est exactement comme ça ici. » Tout dépend de votre tempérament, de votre vécu culturel-religieux, de vos attentes, et surtout de l'importance de la tension psychologique accumulée derrière tout cela - soit malgré vous par suite des conditions de la vie ordinaire, soit délibérément par le fait de disciplines religieuses ou de pratiques de méditation spéciales.

Neutre

Il est vrai également que les jours ou les semaines ou les mois qui suivent votre vision initiale (qu'elle ait été explosive ou pas) peuvent fort bien vous trouver dans la joie et la lumière. Vous avez l'impression de renaître dans un nouveau monde. Mais tôt ou tard, hélas !, tout ceci diminue - à votre surprise et grand désappointement. « Ca ne m'aide pas du tout ! » La tentation est alors d'abandonner la méditation, croyant à tort que vous en avez perdu le secret. En fait, si vous persistez malgré tout, vous allez réaliser que sa valeur réside moins dans ses fruits séduisants mais accessoires qu'en elle-même - dans la vérité simple et neutre qu'elle révèle, dans le rien qu'elle vous fait vraiment découvrir au lieu du quelque chose qu'elle suscitait - et c'est un grand progrès. Parce que vous ne vous intéressez plus aux fruits, ils poussent d'autant mieux, inaperçus, tranquillement, et mûrissent en temps voulu. Pendant, ce temps et, toujours, votre unique travail est (le nourrir leur Racine.

Unificatrice

C'est seulement dans cette Racine, en tant que cette Racine, que nous sommes tous Un et Unis à jamais. Cette méditation vous unit, infailliblement à toutes les créatures en ce Lieu unique où nous convergeons tous, où nous sommes enfin totalement libérés de ces particularités manifestes et ces émotions et pensées cachées qui nous distinguent et nous séparent les uns des autres. Le Vide, précisément parce qu'Il est vraiment vide est le même dans tous les êtres partout et en tous temps. Si pour moi c’était une expérience de l’amour pour vous une expérience de la lumière et pour lui une expérience de la vacuité, cela ne servirait qu'à nous séparer davantage. Mais en réalité, vous êtes lui, elle et moi sans le moindre doute ni la moindre inquiétude, dès que vous découvrez le Lieu où il n'y a Rien qui puisse se dresser entre nous." Douglas Harding