On peut, je crois, pédagogiquement et provisoirement, présenter la question de notre identité ainsi.

Nous avons deux identités : une identité publique et une identité privée.

L'identité publique représente notre apparence pour les autres, notre corps mais aussi notre personnage social avec toutes les caractéristiques qui lui sont attribuées comme la nationalité, le métier, le statut marital, le caractère etc. La plupart des gens ne connaissent pas d'autres identités que celle-là. Par exemple, mon identité publique est celle d'un professeur de philosophie français, marié, père de deux enfants etc.

99588

 

Mais nous avons aussi une identité privée, qui représente ce que nous sommes pour nous-mêmes, c'est-à-dire notre essence. Cette identité privée est inaccessible aux autres de l'extérieur et elle se découvre à nous lorsque nous inversons la flèche de  notre attention de 180°.

 

95430723_o

Cette identité privée n'a rien à voir avec un moi psychologique, avec des pensées ou des sentiments. Elle est l'espace vide, et sans forme à partir duquel le monde est vu (et en ce moment cet écran).

Notre erreur fatale est d'ignorer cette identité privée et de nous identifier complètement avec l'identité publique.

Cette distinction est provisoire car en réalité, il n'y a ni intérieur, ni extérieur, ni privé, ni publique mais elle peut s'avérer utile dans un premier temps.

Ainsi, voir sa vraie nature (appelée ici identité privée) c'est connaître un secret que les autres ne voient pas (à moins qu'ils ne s'éveillent eux-mêmes à leur vraie nature);

un secret absolument magique.

De l'extérieur vous paraissez un homme ou une femme, mais pour vous-mêmes ...

vous êtes...l'espace éveillé.

jlr