Voir, voir vraiment, c'est ne plus distinguer d'intérieur et d'extérieur.

Quand nous regardons distraitement, par habitude, nous imaginons un intérieur quelque part derrière les yeux; nous croyons expérimenter une frontière entre un dedans et un dehors. Notre moi semble s'arrêter vers nos yeux et après nous pensons que le monde commence.

Mais pouvons-nous trouver une limite à notre vision ?

Pouvons-nous sérieusement dire : mon moi stoppe à mon visage ?

La vision opère-t-elle à partir d'un intérieur ?

Pouvons-nous trouver une frontière entre un intérieur et un extérieur ?

En ce qui me concerne, j'avoue que je ne connais plus ni intérieur, ni extérieur mais une présence éclatante du monde.

Ceci me rappelle un extrait d'un Logion de L'Evangile de Thomas


"Jésus leur dit :
9 Quand vous ferez le deux Un,
10 et le dedans comme le dehors,
11 et le dehors comme le dedans,
...
21 alors vous irez dans le Royaume."

jlr

 

la-fenetre-paul-delvaux