Wang Wei (701-761) Chine

"Le vénérable moine est homme à l'extérieur

Et ciel à l'intérieur.

Ni rigide, ni changeant, il ignore les règles

Et connaît une profonde quiétude.

Le coeur libre, il accompagne les nuages.

Attaché ni à la forme ni au vide,

Il ne s'arrête pas aux choses en tant que telles.

Sa parole silencieuse est sans limites,

Il parle sans avoir à parler.

En tant que disciple,

Lorsque j'entre en communion avec son esprit

La porte mystérieuse s'ouvre en grand."

 

(Wang Wei, le plein du vide, trad. du chinois par Cheng Wingfun et Hervé Collet, Moundarren, 1991. )

Vu de l'extérieur, je parais être un homme. C'est ce que je vois de moi aussi dans le miroir. Mais cette perspective est excentrée; il ne s'agit que de mon apparence à quelques mètres de distance.

Vu de moi-même, à zéro centimètre de distance,je suis l'espace vide, vaste comme le ciel. Au-dessus de mes épaules, je trouve la vacuité.

Pour les autres je suis un homme ; pour moi, je suis le ciel.

La porte mystérieuse vers cet éveil, la vaste porte est toujours ouverte, et mystérieuse parce qu'évidente.

Il suffit que je prête attention à la source de mon regard !

jlr