"Je suis une non-entité" de James Low (déjà posté en octobre 2012)

James est un enseignant dzogchen, élève de Chhimed Rigdzin Lama. Il a commenté un très beau texte de Nuden Dorje aux éditions Almora : Le miroir au sens limpide.

"La base de ma présence est indéfinissable, jamais contrainte, restreinte ou contaminée. Je suis ouvert, insaisissable, nu, toujours frais – la présence vide toujours et déjà intégrée. Sans changement ou effort cet état est aussi l’infinie richesse de toutes les apparences possibles. Ouvert et vide n’est pas different de riche et plein. C’est le champs ouvert dans lequel les gestes émergent : gestes d’identité, de connection, de contrôle, de limitation, de bienvenue, de conflit. La totalité du samsara et du nirvana n’est autre que le jeu des possiblités de ce champ de devenir.

Quand la peur, l’attachement et l’amour pour soi-même apparaissent, ils sont la radiance vide de la nature inssaisissable. Détends-toi et vois qu’ils se libèrent d’eux-mêmes. Identité, intention, espoir, peur, sentiment d’être perdu, désespoir, tous sont des moments dépourvus d’essence durable. Sans essayer de changer l’expérience, sois présent comme celui qui fait l’expérience, la source ; présence inséparable de l’espace.

Je suis ouvert, je suis tout, je suis juste ça, je ne suis rien. Tout ce qui est dit ou pensé n’est qu’un jeu ; rien est rien, tout est rien, rien est tout.
Je suis une non-entité. Notre présence, cette étonnante, insaisissable capacité à faire de la conscience est aussi une illusion. Rien, quelque chose, tout, quoi que ce soit, juste cette chose, rien - ces moments ne sont ni séparés ni différents, ils sont la richesse insaisissable et non-duelle de la base ouverte.

Je suis, une non-entité. Je suis une non-entité. Je, suis une non-entité. Les problemes ne sont qu’analyse grammaticale et ponctuation. Commence avec je suis, eveille-toi à je suis, détends-toi en tant que je suis."

James Low
Traduit de l’anglais par Chimed Wangchoug

samantabadhra