Comment avons-nous perdu ce regard de l'enfance?

Quand avons laissé partir notre héritage de joie et de simplicité?

Où s'est envolé notre trésor de liberté?

Qui a bouché la vaste transparence emplie de l'éclat du soleil et du bruit de la pluie?

 

...Lorsque tout brillait simplement comme une aurore

 

Un voile gris s'est déposé entre nous et la force de vie

qui battait dans notre coeur puissant et délicat

Alors le monde s'est éloigné

il a cessé de danser

et je suis devenu un petit personnage très sérieux

déjà mort, endormi

 

Mais voici que maintenant

par un soudain mystère

par surprise

comme un ami qu'on n'attend plus

sont revenues vers moi toutes ces beautés volées,

toutes ces forces vaillantes,

toutes ces couleurs brillantes,

toutes ces libertés parties

comme un cortège d'anges

trop longtemps oubliés

 

Il a percé de nouveau vers le soleil

le regard infini et nu

de l'enfance et encore davantage

 

Et de cela, je rends grâce!

 

jlr

 

IMG

Olivier Culmann, Zéphir