Un lecteur du blog m'écrit:

 

"Lors de la lecture de votre réponse,  un dessin de Douglas Harding m’est apparu à l’esprit. 

Ce dessin pourrait être appelé « Le mandala de la première personne ». Votre explication me l’a fait ressentir en chair et en os si je  peux dire.  Vous m’avez  permis de mieux discerner mon  vécu et de supprimer  les   confusions qui s’y portait car n’étant pas stabilisé dans la vision un effet yoyo donne l’impression de vivre au quotidien selon les moments à  différents niveaux :

Soit au niveau de la périphérie  corps-mental monde…etc. ;  sentiment de la personne limité

Soit au niveau du centre de la présence  « je suis » ; sentiment impersonnel

Soit au niveau Rien-Tout sans éprouvé le centre et la périphérie mais une simultanéité des deux.

Finalement je me rends mon  compte que mon trouble n’était qu’intellectuel mais nécessaire d’être éclairé.

Concernant l’individu les lectures de J.Goldsmith m’ont fait comprendre qu’il était un temple et pour le mystère j’aime bien cette phrase de Leo Hartong : « Aimez le mystère au lieu de  résoudre l’énigme ».

Je vous remercie de vos mots car ils m’ont permis mettre les choses à leur juste place.

Chaleureusement."

 

Ce dessin de Douglas est très précieux : il nous montre ce que nous sommes ; c'est une carte de notre vraie identité.

A la fois Tout. A la fois humain. A la fois je suis. Et a la fois rien.

La véritable vision consiste à voir en même temps la vacuité-rien et le tout.

J'aime beaucoup la phrase de léo hartong que vous citez « Aimez le mystère au lieu de  résoudre l’énigme ». Cependant, il ne faut pas s'interdire de chercher à le résoudre ; tous les grands philosophes nous en proposent une interprétation : Plotin, Abhinavagupta...mais il faut savoir que le mystère se tiendra toujours au-delà de nos idées à son sujet. C'est pour cela que le mystère est passionnant, et toujours nouveau.

cordialement et merci

josé