Un lecteur du blog me demande :

"Eveil, vide et pensée

Je rend visite régulièrement à votre site, et trop d'informations me submergent sur l'éveil ...
La première question qui m'anime : L'éveil est il un acte intérieur radical (un geste de conscience) sans retour ?
Ou peut-on parler d'éveil 'progressif' dans le sens ou un dévoilement se fait petit à petit ?
Merci
Cordialement"

Je dirai que l'éveil proprement dit est le moment où une bascule défintive a eu lieu, où une certitude s'est installée au centre de la vie. C'est une nouvelle naissance.

Avant, il peut y avoir des éclairs de lucidité, des aperçus de la vacuité, mais l'éveil correspond à une cristallisation qui modifie de fond en comble la structure de l'être. Qui le bouleverse. 

Cependant, même après cette cristallisation, l'éveil peut être plus ou moins au premier plan. Il y a encore des forces (un stress, une intense douleur...) qui peuvent nous replonger en partie dans l'identification, mais en partie seulement car ces moments sont brefs, et le retour est toujours possible et simple.

Il faut affronter des paradoxes.

On ne peut pas vraiment dire : je vois ma vraie nature depuis 10 ans, 10 mois ou dix minutes.Il n'y a aucune durée dans l'éveil. Bien sûr, je peux me souvenir de cet événement qui m'est arrivé le 21 mars 1992,mais c'est un souvenir, une mémoire. L'éveil est maintenant. Seulement maintenant.

ET puis celui qui voit sa vraie nature la voit parfaitement, car c'est la vacuité qui s'éveille à elle-même, la conscience qui se reconnait. AInsi, il n'y a pas de progrès dans la vacuité. Le dévoilement est instantané, car il n'y a aucun voile!

Mais en même temps, il faut "pratiquer" la vision jusqu'à ce que cela devienne naturel de vivre à partir de la vacuité. Cependant c'est une pratique de la non-pratique parce que nous sommes déjà parfaitement éveillés; Il suffit de s'ouvrir à l'évidence, de se reposer dans l'être, de se laisser couler dans la vacuité, de disparaitre dans l'espace...

merci

josé