"Nous ne voyons pas les choses mêmes, nous voyons des étiquettes collées sur elles " dit Bergson dans son livre le Rire.

Et dès lors dit-il : "nous vivons dans une zone mitoyenne entre les choses et nous, extérieurement aux choses, extérieurement aussi à nous-mêmes. "

Ainsi, nous nous perdons dans les concepts, les généralités et les symboles. Nous ne voyons plus ni le monde, ni nous-mêmes. Nous sommes hors de nous-mêmes et prenons un fantôme construits de mots, de noms et d'abstraction pour le moi véritable.

Le vrai moi et le vrai monde se trouvent de l'autre coté des mots.

Voici un clip qui l'illustre bien.


Il faut essayer de  retrouver une innocence du regard, percer le voile des mots. Laver sa vision des concepts. Calmer le flux du mental. Pour Bergson, cela passe par une intuition philosophique ou par l'art. Et par un dégagement de la puissance de l'action sur nos vies.

C'est par le détachement de l'action et des besoins vitaux, dit Bergson, que nous pourrons coïncider avec le moi et avec le monde...

Il ne s'agit bien sûr pas de vivre sans concepts et sans mots mais d'en être libre.

JLR

ps: merci à Kim pour le clip