Longchenpa est un des plus grands maitres dzogchen (14ème siècle), courant mystique du bouddhisme tibétain, prônant comme le Chan une approche directe de l'éveil.

Dans cette pratique, comme dans la Vision Sans Tête de Douglas Harding, il s'agit d'abord de s'éveiller immédiatement à la vraie nature de l'esprit (Rigpa). Ensuite,  il faut revenir contamment dans la vacuité, rester consciemment dans cette présence.

Pour Rigpa, les pensées ne sont pas un obstacle, ni les émotions. Elles sont des ornements de la nature de l'esprit et il n'est nul besoin de les combattre.  Il suffit de prendre conscience de la vacuité en soi.

Voici quelques extraits d'un texte de Longchenpa "Dans le confort et l'aise" (traducteur anonyme)

big_tibet_rainbow

"Dans l’Esprit-tel-quel, incréé, pur et vaste comme le ciel,

Les mouvements de l’esprit ordinaire

(Concepts et émotions)

Ne doivent pas être saisis ni solidifiés,

Mais glisser à la surface du vide

Comme se dispersent les nuages.

 

Dans la conscience claire éveillée, limpide et naturelle,

Devenez le calme de cet espace absolu,

Le champ de la grande égalité,

Vide et sans origine.

 

Naturellement, lisse et calme comme l’océan,

Dénué de vagues, libre des boues opaques et collantes

Du sujet et de l’objet.

 

Naturellement, ouvert et clair comme le ciel,

Sans prendre parti, libre des nuages du mental qui pense.

 

Naturellement,

Solide et inébranlable comme une montagne,

Sans craintes ni espoirs, sans affirmation ni négation.

 

Naturellement, limpide et scintillant comme un miroir,

Traversé de façon incessante

Par les objets de l’être-là du monde,

Dont les images apparaissent et se répandent.

 

Naturellement, comme l’arc-en-ciel

Qui se déploie librement dans l’averse,

Clair et lumineux,

Sans exaltation ni dépression parasites.

 

Naturellement,

Comme l’archer qui se concentre sur la cible,

Attentif et conscient,

Sans grands bavardages ni trop forts replis sur soi.

 

Naturellement,

Comme celui qui une fois le travail accompli,

A la conscience en paix,

Spontanément présent et non distrait,

Libre d’espoirs et de peurs.

 

C’est la sagesse qui embrasse tout,

Réunissant la paix intérieure

Et l’ouverture illimitée de la Vue.

 

Demeurer dans le champ de l’Incréé,

C’est goûter la paix intérieure ;

Par-delà les mots et les concepts,

Vous êtes libres et ouverts.

 

C’est la grande félicité,

L’union des apparences et de la vacuité.

 

Dans cet instant, l’esprit profond, calme et silencieux,

Voit le sens de l’existence,

Impossible à décrire avec des mots et des symboles ;

C’est la naissance et le matin de l’Eveil,

Libre de concepts et de divisions ;

La pureté illuminante, la Vue juste et authentique

Qui est sagesse discriminante.

 

Si vous percevez une dualité,

Vous vous égarez dans cette existence illusoire,

Tandis qu’en réalisant qu’il n’y a pas de dualité,

Vous gagnez la paix du Nirvana.

 

Demeurez dans cet état immaculé, ouvert, lumineux,

Et vide de toutes caractéristiques.

De cette façon, les tourbillons de boue des émotions,

Troubles et opaques,

S’apaisent.

Et la sagesse rayonnante transparaît, libre de concepts ;

Avec la conscience claire éveillée,

 

A ce moment-là, l’esprit est comme le Ciel,

Et les objets, les idées et les chaînes de concepts,

Disparaissent.

 

Dans la Nature de l’Esprit,

Il n’y a plus de pratiquant ni de pratique,

Il n’y a plus d’acteur, plus d’action ni de but à atteindre ;

C’est le champ primordial,

Immaculé et naturellement pur de la Bouddhéité."

text

Le texte complet (livre à télécharger gratuitement) est accessible ici: Longchenpa "Dans le confort et l'aise"