Voici la traduction que j'ai réalisé d'un traité sanskrit védantique intitulé "Atmabodha" ou l'éveil au Soi. Ce traité a longtemps été attribué au maitre indien Shankara (8ème siècle) mais cette attribution est aujoud'hui controversée. Ce texte relève plus probablement du courant de l'advaita vedanta sans que l'auteur ni la date ne soient connus.

J'ai traduit ce texte du sanskrit sous la direction de mon professseur Alain Porte sans lequel  bien des passages me seraient restés obscurs. Toutes les erreurs, s'il y en a, sont cependant de mon fait. Les commentaires sont les miens.

Comme le texte est assez long, je propose une publication en plusieurs messages.

José Le Roy

tiruvanamalai_500 Temple de Tiruvanamalai , dans le Sud de l'Inde

1

Ce traité « l'éveil au Soi » a été composé pour ceux qui, grâce à l'ascèse, sont sans péchés,

qui sont pacifiés, qui sont sans désirs et recherchent la libération.

Commentaire: Atmabodha, qui est une expression composée, peut se comprendre en sanskrit de différentes façon : éveil du soi, éveil au soi. Mais cela ne peut être "l'éveil du Soi" car le Soi est toujours éveillé. Je traduis donc par "éveil au soi".

2

En effet, de toute évidence, la conscience est, parmi les autres moyens, le seul moyen de se libérer.

Comme le feu pour la cuisson, sans la connaissance, la libération ne se produit pas.

3

L'action ne fera pas cesser l'ignorance, en raison du fait qu'elle ne constitue pas pour elle un obstacle.

La connaissance détruit en vérité l'ignorance comme la lumière détruit l'obscurité dense.

Commentaires : Par action , le texte veut dire ici qu'aucun rituel n'est capable de nous libérer. Seule la connaissance est à même de nous éveiller au Soi.

4

Apparaissant comme limité du fait de l'ignorance, quand la destruction de celle-ci a lieu, le Soi apparaît unique.

Le Soi apparaît en effet de lui-même comme le soleil lors du départ des nuages.

Commentaire: Le Soi est toujours là comme le soleil, mais l'ignorance, comme les nuages pour le soleil, nous en masque la présence. Le Soi n'est donc pas à créer, mais il faut enlever les nuages, c'est-à-dire l'ignorance.

5

Après avoir purifié l'âme incarnée souillée par l'ignorance, par des efforts répétés de connaissance,

la connaissance disparaitra d'elle-même comme la poudre de kataka (disparaitra après avoir purifié) l'eau.

Commentaire : Le kataka est une noix dont la poudre est censée purifiée l'eau. Après la purification, la poudre est dissoute dans l'eau et disparait.

6

Le samsârah est en effet comme un rêve rempli de désirs-aversions etc...;

Tant qu'il dure, il paraît vrai, mais au réveil, il sera faux.

Commentaire: Le réveil du rêve est comparé à l'éveil qui fait paraitre le monde comme un songe. L'homme éveillé comprend que le mécanisme des désirs et des aversions n'étaient pas plus vrai qu'un rêve.

7

Le monde apparaît vrai (réel) comme l'argent dans la nacre,

aussi longtemps que le monde n'est pas connu support de toutes choses et non-duel.

Commentaire: Nous prenons parfois de la nacre de coquillage pour de l'argent. Nous sommes alors victimes d'une illusion. De même, nous pensons que le monde en son entier est vrai. Cette analogie de la nacre est célèbre dans l'advaita vedanta. A noter que pour l'advaita réel et vrai sont indentiques : sat.